Site non officiel

Page d'accueil

 Tonnerre

Musée FUSCO

Lorient

Flottille

Amphibie

TCD

Orage

TCD

Ouragan

Les

LST

Les

BDC

Les

BATRAL

BTS

Bougainville

TCD

Siroco

BPC

Mistral

TCD

Foudre

Portail

Fusco

BPC

Dixmude

LSD

Foudre

Magazine

Le Lien

 

Merci de faire une petite visite à mes partenaires qui m'aident à subvenir à mes frais informatiques.

Informations Partenariat : ICI

Portail "Amphibie"

Psychologie - Humanisme

 

Liens Marine Nationale

 

 

Webmaster

Jean-Christophe Rouxel

Second Maître Spé "Sport"

(Réserve Marine)

Moniteur Équitation

Consultation CV : ICI

 

Contact

Landelle@Wanadoo.fr

 

 

Les autres BPC Type Mistral 140 et 160

 

 

DCN a conçu les bâtiments de projection et de commandement (BPC) de type Mistral de 21 000 tonnes pour la Marine Nationale. La mission principale de ces bâtiments est la conduite d’opérations amphibies de projection de forces aéroterrestres à partir de la mer.

Pour répondre aux besoins opérationnels des autres marines, DCN a complété sa gamme de bâtiments de projection, avec des navires de plus petit tonnage (14000 t et 16000 t). Ces versions conservent l’architecture générale et les capacités d’action du BPC Mistral.

 

a/ Des capacités de projection importantes

Les BPC 140 et 160 comportent une architecture « flush-deck » (pont d’envol continu) et une capacité d’emport importante (5 spots hélicoptères). Ils disposent d’un hôpital comportant deux salles d’opérations. Le standard de logement des troupes est modulable suivant le profil d’emploi des marines clientes.

L’organisation d’ensemble du navire conserve la répartition suivante : fonctions n’impliquant pas de spécificités militaires à l’avant, et les fonctions ayant un rapport étroit avec le domaine militaire à l’arrière.

 

Les BPC 140 et 160 bénéficieront également de la propulsion tout électrique. Ils sont propulsés par 2 pods et disposent également d’un propulseur d’étrave afin d’améliorer la manoeuvralité. Différentes variantes de propulsion sont aussi envisageables.

 

b/ Le système de combat complet

Les bâtiments de projection et de commandement sont dotés d’un système de combat performant qui comprend :

- Le système de navigation intégré qui permet la localisation du navire, la tenue de cap et la mise à disposition de l’équipage d’informations sur l’attitude et la situation géographique et nautique du navire. Le nouveau système de cartographie SENIN constitue une innovation notable qui renforce la sécurité nautique et facilite la navigation.

- Le système de direction de combat est doté d’équipements de veille (deux radars de navigation et d’appontage pour la navigation du navire et le contrôle d’approche des hélicoptères et un radar de veille 3D pour la surveillance air et surface), d’un système de direction des opérations qui constitue le cœur du système de combat et de systèmes d’armes pour l’autodéfense rapprochée du navire. Le système de direction des opérations, constitué d’un système d’exploitation numérique des informations tactiques de la famille du Senit® 8 (système dont est doté le porte avions Charles de Gaulle), permet à l’équipage d’analyser et traiter la situation de combat et d’assurer le contrôle des hélicoptères.

 

c/ Le système de communication adapté aux exigences d’interopérabilité

Le système de communications des BPC est complexe et performant. Il permet d’assurer l’ensemble des communications internes du bâtiment, ainsi que toutes les communications externes (liaisons radio, satellites, internet, vidéoconférence et liaisons de données tactiques).

Le système de protection des accès et de télésurveillance est classiquement composé d’un système de contrôle d’accès pour les locaux et d’une télésurveillance du pont d’envol, du radier et de différents locaux du BPC.

Outre le système de gestion des vols des hélicoptères et les systèmes de planification et d’exploitation du renseignement (implantés à bord), le BPC permet l’accueil des systèmes d’information et de commandement des états-majors embarqués (PC ATF/LF, PC NOE) leur permettant d’assurer leurs activités de commandement à l’extérieur du territoire national pour conduire des opérations aéromobiles

Le système de communication des BPC, particulièrement performant, en fait des plates-formes de commandement idéales au sein d’une force navale.

 

Source et Copyright : DCN

Dossier format PDF : ICI

 

Retour Haut de page

 

 

       

" je dédie ce site au courage des 4 500 sauveteurs bénévoles de la SNSM "

 

 

Copyright 2007 - 2015  /  Tous droits réservés

 

Déclaration CNIL N° 1133749

 

Les photographies diffusées sur sont protégées

 

   Visiteurs

depuis le 28 décembre 2006

 

Tous droits de reproduction et de représentation 

sont interdits sans l'autorisation de l'auteur, 

d'une autorité certifiée de la Marine Nationale

ainsi que des éventuelles personnes représentées.

 

Merci de prendre contact avec le Webmaster

Pour toutes reproductions ou copies

Un site sur un bâtiment de la Marine Nationale !


De nombreux textes aussi bien civils que militaires précisent les conditions dans lesquelles les données informatiques et la diffusion d'informations, sous quelque forme que ce soit, peuvent être employées.

Indépendamment des dispositions du code pénal relatives à la violation du secret de la défense nationale et du secret professionnel, les militaires doivent faire preuve de discrétion pour tous les faits, informations ou documents dont ils ont connaissance dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de leurs fonctions. En dehors des cas expressément prévus par la loi, les militaires ne peuvent être déliés de cette obligation que par décision expresse de l'autorité dont ils dépendent. L'usage de moyens de communication et d'information, quels qu'ils soient, peut être restreint ou interdit pour assurer la protection des militaires en opération, l’exécution de leur mission ou la sécurité des activités militaires. (1)

L'autorisation qui était nécessaire dans le cas " des communications de toute nature destinées […] à être présentées, […] à des lecteurs ou auditeurs étrangers." (2) ne l'est plus depuis 1981 (3). Tout militaire peut donc créer un site traitant de problèmes militaires, mais il reste soumis au devoir de réserve qui lui interdit : "de faire de la fonction exercée un instrument d'action ou de propagande " ou " de faire des actes ou des déclarations de nature à faire douter non seulement de sa neutralité, mais aussi du minimum de loyalisme envers les institutions dont doit faire preuve celui qui a accepté de servir l'État".


(1) Loi DEFX0400144L/B1 portant statut général des militaires du 15 mars 2005, applicable au 1er juillet 2005 - Pour téléchargement de cette loi :
ICI  (PDF 155 Ko)
(2) Instruction n°50475/DN/CC relative à l'exercice, dans les armées, du droit d'expression sur les problèmes militaires, du 29 septembre 1972
(3) Note n°12441/DEF/SD/CAB/K relative à la procédure d'autorisation préalable en matière de droits d'expression du 29 septembre 1972